2015

24 Fév

 

Renseignements :

Président : Wolfram MAURY
T : 06 31 93 97 51
Email : w.maury@fiducial.fr

Pyrénées-Atlantiques en France

Pour avoir les infos sur les clubs

Pour avoir les infos sur les salles

Un peu de culture :

Le département de Lot-et-Garonne (47) (en occitan Òlt e Garona / Òut e Garona) est un département français dont le nom vient de deux cours d'eau : le Lot et la Garonne qui est formé en 1790. Le chef-lieu est partagé entre Aiguillon et Agen, avant de revenir définitivement à cette ville. Dans l'ensemble le milieu naturel lot-et-garonnais présente des modelés assez doux en raison de la nature des terrains géologiques qui le constituent. La vaste zone de plateaux qui couvre moins de 400.000 ha est composée de terrains d'origine marneuse ou mollassique et de coteaux calcaires ou argilo-calcaires.
La partie septentrionale de Lot-et-Garonne, entre Garonne, Lot et Dropt, est plutôt constituée de collines calcaires aux formes vallonnées.
Entre Garonne et Lot se place le « pays des serres », plateau qui domine de manière marquée (parfois de plus de 100 m) les deux vallées fluviales.
Au sud d’Agen, les collines du Néracais se développent sur la mollasse et annoncent les paysages gersois. Des paysages très vallonnés portent une agriculture céréalière et viticole.
Les sables du massif landais recouvrent le quart sud-ouest sur 80 000 ha environ. Les Landes du Lot-et-Garonne sont partie intégrante des Landes de Gascogne : formes moutonnées, pins maritimes, routes rectilignes, traditions et populations (gascons de la lande).
Entre Casteljaloux et le Marmandais s’ouvre un espace de transition de plus en plus marqué par une agriculture intensive en s’approchant de la vallée de la Garonne.

Les plaines tiennent une grande place (plus de 100 000 ha), principalement celles de la Garonne et du Lot, qui s'élargissent en certains endroits sur plusieurs kilomètres. Les divagations de la Garonne dans sa vallée ont obligé les villes à se fixer sur sa rive droite : Agen, Aiguillon, Tonneins, Marmande. Les voies de communication modernes, sauf l’autoroute, ont fait de même. Les zones inondables ou humides sont souvent occupées de champs de maïs et de peupleraies dont la production est utilisée dans l’industrie du bois pour la fabrication de cagettes. Sur ces riches terres dominent cependant une agriculture fruitière et légumière.

Deux raisons expliquent principalement la fréquence et la gravité des crues en Lot-et-Garonne. Ce phénomène tient d'abord à la concentration exceptionnelle des cours d'eau dans cette région. Outre les grands émissaires que sont le Tarn, en amont d'Agen et le Lot dans sa partie centrale, tous deux amenant les eaux tombées dans le sud du Massif central, une multitude de rivières plus ou moins longues, rejoignent la Garonne sur la rive gauche : le Gers, la Baïse pour les plus importantes. Ce rassemblement, allié à l'étroitesse du lit de la Garonne, qui même en période de débordement est encombrée de nombreux obstacles, rendent catastrophiques les crues provoquées, suivant le cas, par les précipitations et la fonte des neiges. En outre, la plupart des cours d'eau ont une faible hydraulicit é du fait de leur modeste pente.
La 2ème raison vient des données climatiques.
Le Lot-et-Garonne se situe dans la zone climatique océanique. Mais, il s'agit d'un climat océanique dégradé avec une amplitude thermique annuelle plus marquée et des précipitations moins abondantes que sur le littoral aquitain. De plus, à la différence du littoral, le printemps (surtout à sa fin) y est plus arrosé que l'hiver. Les vents dominants sont d'ouest sans être exclusifs.

Si le Lot-et-Garonne compte près de 318 000 habitants en 2005 selon une estimation de l’INSEE, il demeure moins peuplé qu’au milieu du XIXe siècle car il a connu un déclin démographique prononcé sur près d’un siècle. Après avoir enregistré une nette reprise démographique après la seconde guerre mondiale, sa population ne progresse plus de manière r égulière au cours des 25 dernières années.